Normandie : que comprendre du déploiement de la fibre optique ?

0
103
Fibre optique

À l’ère du numérique, l’arrivée du très haut débit dans une région se trouve généralement comparée à l’accès aux réseaux de gaz ou d’eau. En effet, une bonne connexion internet n’apparait plus comme un besoin associé aux « geeks ». Ainsi, en Normandie, des opérateurs privés comme publics s’investissent lourdement à travers le projet Calvados-Normandie afin de déployer la fibre dans tous les foyers de la région. Mais que peut-on comprendre concrètement du processus ? Quand peut-on exactement bénéficier du très haut débit chez soi ? Voici quelques éclaircissements sur le sujet.

Une affaire d’éligibilité

La première chose à comprendre à propos de la fibre optique en Normandie est qu’elle ne couvre pas encore toute la région. En effet, le déploiement s’effectue par zones géographiques classifiées en deux groupes. Il s’agit notamment des zones d’initiatives privées pour lesquelles les opérateurs privés sont tenus d’assurer la disponibilité du service, puis les zones d’initiatives publiques dans lesquelles le rôle revient aux collectivités (départements).

Ainsi, avant de se lancer dans une comparaison d’offres d’abonnement internet, tout particulier doit vérifier la disponibilité de la fibre dans sa zone. À cet effet, un test d’éligibilité auprès de chaque opérateur sera suffisant. Évidemment, le réseau étant en plein déploiement, les grandes villes sont mieux fournies que celles plus rurales. L’Arcep propose une carte qui détaille les zones déjà couvertes par la fibre.

La question du raccordement

Quand vous avez la certitude de la disponibilité de la fibre optique dans votre zone d’habitation, l’étape suivante est celle de l’abonnement. Pour rappel, le très haut débit suit un long processus avant son déploiement dans une commune. Il y a plusieurs phases d’études, de travaux avant l’arrivée des opérateurs et l’activation des offres. Ne vous précipitez donc pas sur des propositions dont vous ne comprenez pas clairement le contenu.


Dès qu’une bonne offre vous intéresse et que vous y avez souscrit, COVAGE ou le fournisseur d’accès internet devra procéder au raccordement de votre domicile à la fibre. Cette intervention va nécessiter l’utilisation de certains équipements disponibles chez ce spécialiste du matériel pour la fibre optique. En réalité, la qualité du branchement dépend énormément des outils utilisés ; pensez donc à bien vous approvisionner.

La durée du raccordement final dépend de la proximité de votre logement d’un Point de Branchement optique (PBO). Si vous êtes assez proche dudit point, les travaux ne dureront qu’entre 4 à 8 semaines. Pour des raccordements plus longs, les équipes devront terminer le travail en 6 mois maximum, quelle que soit la complexité de la demande.

Le réseau structurant et la distribution

Vous l’avez certainement compris, plus un bâtiment est à proximité d’un PBO, moins son propriétaire devra dépenser ou attendre pour se faire raccorder à la fibre optique. Pour comprendre ce qui fait la différence du niveau de rapprochement des PBO, il faut déjà se focaliser sur la notion de réseau structurant.

Le réseau structurant permet de collecter le trafic des nœuds principaux appelés centraux optique. Il se révèle nécessaire pour que la fibre parvienne à tout domicile. Le tracé de ce réseau correspond à divers besoins notamment économiques, fonctionnels et opérationnels. Autrement dit :

  • les travaux évoluent progressivement selon des zones de priorité ;
  • les communes qui comptent pour plusieurs centaines de foyers obtiennent un déploiement prioritaire en vue d’attirer les opérateurs ;
  • certains sites publics se classifient d’office prioritaires pour le raccordement, notamment en fonction de considérations sanitaires, de développement économique, d’éducation, de culture, de social, de zones d’activités, etc.

Une fois le réseau structurant finalisé, place à la distribution qui consiste à déployer la fibre optique le plus près possible des bâtiments. Ici, on exploite autant que possible les supports de réseaux électriques ou téléphoniques existants afin de réduire les coûts et les délais. Il va sans dire que tous les foyers et locaux professionnels figurant dans des zones prioritaires bénéficieront davantage des diminutions de frais comparativement aux autres.

Cette situation explique également pourquoi certains foyers se trouvent identifiés comme : « raccordables sur demande ». La fibre étant disponible dans leur secteur, mais moins rapprochée de leurs domiciles, ils supporteront des coûts plus exorbitants.

À préciser

Les limites du rapprochement du très haut débit vers tous les foyers ne se résument pas à des questions d’installations prioritaires. En réalité, certaines contraintes du déploiement de la fibre optique peuvent requérir une pose de câbles dans des parties privatives. Autrement dit, le câble doit être déployé le long d’une façade, dans une parcelle privée ou dans les colonnes montantes d’un immeuble.

Dans ces cas, les opérateurs doivent obtenir des autorisations de la part des propriétaires de lieux pour le passage. Si ceux-ci ne consentent pas à signer les conventions de passage, on observera des fractures numériques ; limitant l’accès à la fibre optique dans certaines communes. La question relève aussi donc de la volonté des particuliers à faire progresser le niveau de déploiement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here