Divorce par consentement mutuel : comment ça marche ?

0
88
Divorce par consentement mutuel

Dans son contexte de séparation le divorce se montre bien souvent conflictuel. Ce qui ne surprend guère car l’initiative d’un divorce part souvent d’une mésentente ou d’un conflit. Ne pas vouloir céder demeure un premier réflexe compréhensible dans cette situation. Et aucun des deux parties ne sont à l’abri d’une réaction à chaud. Certes pour ce qui concerne les couples avec enfant(s), le contexte d’un divorce à l’amiable se révèle toujours mieux.

Les démarches d’un divorce à l’amiable

Dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel il n’est point nécessaire d’avoir une durée minimale de mariage. Il s’agit d’un divorce où le couple s’entend sur le divorce et toutes les conséquences. Et citer les raisons du divorce ne se trouve pas indispensable. Les démarches commencent par la soumission de la convention au juge dans le siège au TGI (tribunal de la grande instance). Après cela le juge homologue la convention pour régler les conséquences s’il s’avère que celui-ci est convaincu de la décision des deux parties de bien vouloir divorcer. Avec le divorce par consentement mutuel il suffit d’un seul avocat pour défendre le couple. Ceci permet de prime abord de régler rapidement les détails du divorce mais également de réduire les coûts y afférant.

La garde des enfants lors d’un divorce à l’amiable

Il est indispensable d’avoir un dialogue entre les ex époux pour décider de comment gérer la garde des enfants. Aussi selon qui se charge de la garde des enfants est décidé du droit de visite et d’hébergement pour l’autre parent. Certes puisque nous parlons de divorce à l’amiable il est tout à fait possible pour les parents de décider de la garde alternée pour les enfants. Ce qui peut être bénéfique pour les enfants car les relations se feront sans aucune tension et ils ont la possibilité de voir autant leurs deux parents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here